Révolution masturbation

woman holding heart shape with hands
Photo by Pixabay on Pexels.com

Se masturber. Tout le monde le fait,  mais personne n’en parle.

Nous concernant, nous les femmes, certaines le nient, d’autres s’en offusquent et enfin pour 1/4 d’entre nous c’est l’inconnu.

Et pourtant, beaucoup commencent dès l’adolescence sous diverses formes.

Qui ne s’est jamais frotté contre une peluche, un oreiller (hamping) ou bien tout simplement touchée avec ses doigts? La plupart d’entre nous… et c’est normal !

La découverte de notre corps est naturelle et répond à une simple curiosité.

Adulte, cela devient davantage tabou. En couple encore plus, l’homme y voyant souvent de la rivalité.

Il faut rappeler que 20% des femmes n’ont jamais connu l’orgasme. 😳

Trop longtemps, nous avons été niées dans notre plaisir.

Il est important de se libérer de quelques idées reçues, que la société ou encore l’éducation nous martèlent, de faire tomber les tabous.

•D’abord se masturber n’est pas sale.

Commencez par prendre un miroir et refaite connaissance avec votre « abricot ». Parce que soyons honnête, cette partie de notre anatomie, on ne la connaît pas très bien. On l’a touche lors de notre toilette, mais on a peu de regard dessus…

img_5571
Sculpture d’une vulve

C’est une partie de mon corps qui est restée longtemps sans que je sache à quoi elle ressemblait…Et ça, c’est pas normal !!!

Donc il est important de vous rendre compte de ce que vous avez entre les jambes et de vous la réapproprier. Bref vous devez retomber amoureuse d’elle, car vous verrez elle pourrait devenir votre meilleure alliée.

Chaque femme est différente et les zones érogènes varient suivant la personne. Soyez à votre écoute et aux sensations que cela vous procure.

Seule avec votre intimité, sans regard, sans attentes, sans complexes, vous ressentirez les effets que vous procurent tel geste, caresse, ou pression sur votre vulve. Vous pouvez mettre de la musique, faire ça sous la douche ou bien devant un porno. La seule chose qui doit vous importer c’est ce qui vous détend et vous excite. N’oubliez pas le reste de votre corps, vos seins, vos cuisses.

C’est vous qui êtes maîtresse de ce moment. Il vous appartient.

Mais ne vous mettez pas la pression dans la recherche absolue de l’orgasme. Dans « Plaisir féminin », le Dr Marie-Claude Benattar donne ce conseil que je trouve primordial:

« Ne vous butez plus, noyez-vous plutôt dans vos sensations, immergez-vous sous ses caresses, imaginez les contours de votre sexe que vous connaissez bien maintenant, écoutez-le vibrer, cela ne se fera pas en un jour mais le jeu en vaut la chandelle.

Un jour, vous oserez sortir de vous-même et laisserez échapper l’orgasme. Vous exulterez: un grand éclat de rire » (p101).

Des études menées auprès de femmes n’ayant jamais connues l’orgasme, ont démontré qu’après 5 à 7 semaines d’exercices de masturbation, 60 à 90% d’entre elles parvenaient à le ressentir. (p169 « Les joies d’en bas »)

adult blur body bra
Photo by freestocks.org on Pexels.com

•Vous masturber, ne fait pas de vous une « chaudasse »

Et oui, nous sommes vite cataloguées lorsqu’il s’agit de notre plaisir. Mais, si on ne l’expérimente pas, comment faire pour que chacun y trouve son compte. Sortons des stéréotypes, rééduquons-nous.

« Ne soyez plus maman ou putain,

Pendant des siècles, on a eu tendance à stéréotyper les femmes. Et c’est vrai, il est toujours difficile pour une fille d’être « comme il faut ». Ce sentiment est toujours bien présent même encore au XXIe siècle.[…]Quel gâchis…Que de plaisir parasité… » (p137-138 « Plaisir féminin »)

Et oui, quel gâchis…Donc arrêtez de penser que vous toucher fera de vous une personne immorale. La masturbation n’est pas mal, cela a toujours existé, c’est juste tabou. Vous ne faite que passer à côté de quelque chose de fabuleux en vous mettant ces barrières qui sont surtout psychologiques.

•Vous octroyez des moments en solo ne fera pas baisser votre désir envers votre conjoint, bien au contraire…

Plus vous vous découvrirez, mieux votre cerveau comprendra et assimilera les sensations. Les connections neurologiques se développeront. Vous aurez confiance en vos réactions et cela vous permettra de reproduire cet état de bien être avec votre partenaire. D’être davantage à l’écoute de votre plaisir.

Un sextoys ou vos doigts n’ont rien à voir avec un vrai phallus et même si vous éprouvez du plaisir dans les 2 cas, cela sera différent.

Lors d’une relation sexuelle, on est dans le partage, la communion, le don de soi, une certaine abnégation.

Alors que lorsque je me touche, je suis centrée sur moi, moment de bien-être, de plaisir personnel, égoïste.

img_5558
Clitoris 3D

N’oubliez pas que si vous savez comment vous faire du bien, il sera carrément plus facile de guider votre partenaire vers votre jouissance…

Il ne doit pas voir cela comme quelque chose qu’on lui retire, mais bien un + pour votre couple. Expliquez-lui. Communiquez.

Et puis, la masturbation peut se faire également à 2. Sous le regard bienveillant de chacun, il est très excitant de voir l’autre se faire plaisir 😋.

Elle devient un jeu à part entière.

Et enfin vous masturber, vous rendra confiance en vous.

On acquiert une indépendance sexuelle qui permet de se libérer de ses peurs. En vous reconnectant avec vous même, vous allez apprendre à vous aimer, à aimer ce corps qui vous fait défaut par moment. Grâce à cela vous aller reprendre le contrôle de votre intimité et être actrice de votre jouissance. On en ressent une certaine fierté. Cela se répercute sur tout notre être.

Lorsque la femme stimule son clitoris, elle atteint l’orgasme dans 95 à 100% des cas. Tandis que quand c’est l’homme qui s’en occupe, le chiffre tombe à 45% (p69 « À vous le 7ème ciel »).

Alors Ne laissez plus la responsabilité de votre plaisir au partenaire, soyez celle qui le prend.

Et je conclurai avec cet extrait tiré de « Plaisir féminin » :

« Pour développer ou augmenter son plaisir, il faut donc:

-Se connaitre pour se reconnaître

-Vouloir développer sa sensibilité et ses sensations

-Prendre conscience de sa différence sexuelle et l’assumer pleinement

-Une fois mieux informée, pouvoir façonner son partenaire

-Penser à son propre plaisir » (p147-148)

 

>Sachez que j’ai mis des années à faire tomber mes barrières psychologiques. Mais aujourd’hui, je ne vois pas ma vie de femme sans la masturbation. Elle est devenue naturelle, un moment de plaisir égoïste que mon conjoint respecte. Je ne dis pas que cela est évident mais gardez juste en tête que c’est de l’ordre du possible.

Parlez-en avec vos amies, votre partenaire, libérez la parole, trop longtemps restée tabou.

REVOLUTION MASTURBATION, les filles !!!

⇒Il y a également des pages sur les réseaux sociaux comme @je_me_touche, @tasjoui, @dubruitsouslacouette ou encore @gangdeclito qui permettent un espace de parole et d’échanges pour les femmes. Divers thèmes sont abordés en toute simplicité et surtout légèreté. Allez faire un tour.

 

Références littéraires:

« Les joies d’en bas » Nina BROCHMAN et Ellen STOKKEN DAHL.

« Plaisir féminin » Dr Marie-Claude BENATTAR

« À vous le 7ème ciel » Dr Gérard LELEU

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s