Le Shibari

C’est au cours d’une de mes lectures (la trilogie de Lorelei James « De Mains de maitre ») que j’ai découvert cet art.

Shibari, signifie empaqueter quelque chose (souvent assimilé au papier cadeau, réalisé de ficelles et noeuds au Japon), mais le terme exact est le Kinbaku qui implique la notion de corps.

Apparenté au bondage, il apparaît au Japon et était avant tout utilisé comme torture. En effet, chaque encordement devait provoquer douleur et contrition, les points de compression étants réalisés dans ce but.

Puis, il a été repris à des fin plus érotiques.

Le kinbaku s’est développé, pour devenir un art à part entière.

Curieuse, j’ai fais des recherches et il est apparut important de faire une initiation pour pouvoir pratiquer en toute sécurité.

Il n’est pas simplement question de s’attacher aux barreaux du lit…

Il existe plusieurs écoles dans les grandes villes (Paris, Lyon…).

J’ai pris contact avec l’une d’elle, Seb Kinbaku sur Paris.

Son site https://shibari-artist.com donne le ton et rassure quant au professionnalisme. La réservation et le paiement se font via la plateforme et Seb répond rapidement.

Vous pouvez également le suivre via Facebook et Instagram @seb.kinbaku2. Ces photos sont magnifiques.

Il propose des cours collectifs tout niveau ainsi que des cours particuliers.

J’ai pu découvrir cet univers au cours d’une leçon particulière avec mon conjoint.

Un moment hors du temps, qui permet de créer une grande complicité avec son partenaire. Seb guide mais ne s’impose pas, rassure mais laisse la place à l’expérience.

Un guide est disponible ainsi qu’un lot de cordes. Ensuite c’est à vous et à l’imagination de votre partenaire de jouer!!

J’ai adoré et mon ami aussi. Nous avons l’intention de renouveler l’expérience très vite.

Depuis, nous essayons de le pratiquer régulièrement, d’une pour ne pas perdre la main, mais aussi parce que la sensation vécue est envoûtante. Une fois les noeuds de base intégré, on peut réellement s’amuser.

Prise dans ce cocon de corde, je m’en remets totalement à mon conjoint. Il faut apprendre à gérer sa respiration car une sensation d’oppression peut apparaître et dans ces cas là, ne surtout pas hésiter à faire une pause avec le partenaire pour reprendre pied.

Mais lorsque l’on progresse et que l’on s’essaye aux suspensions, l’impression de flotter est grisante.

Donc si j’ai un conseil quant à cette pratique, ne vous essayez pas seul, cela peut être dangereux. Investir dans un cours permet d’acquérir les bases et de surtout pratiquer en confiance et sécurité.

N’hésitez pas si vous avez des questions

DLS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s